Plan de communal de sauvegarde

PPI, Iode : c’est quoi et pourquoi ?

Vous avez reçu en septembre un courrier de la Préfecture vous invitant à retirer des pastilles d’iode en pharmacie suite à l’extension du périmètre du PPI de la centrale de Bugey, centrale située à 15 km de Rignieux.

Si vous n’avez pas reçu ce courrier, vous pouvez néanmoins retirer ces pastilles d’iode en présentant un simple justificatif de domicile (facture d’eau, de téléphone fixe, d’électricité ou feuille d’impôts).

Le PPI (Plan Particulier d’Intervention) de la centrale de Bugey est un dispositif établi par l’État, à disposition des Préfets pour protéger les personnes, les biens et l’environnement face aux risques liés à l’existence d’une installation industrielle. Il existe sur le département d’autres PPI pour les installations indiquées en rouge sur la carte ci-contre.

Le PPI de la centrale de Bugey, qui a été approuvé le 18/06/2019, prévoit les moyens d’alerte (sirènes, automate téléphonique, communication aux élus, aux médias, …), définit les mesures possibles à mettre en œuvre (mise à l’abri et à l’écoute, prise des pastilles d’iode, restriction de consommation, évacuation de population, périmètre de sécurité). Il s’appuie sur une structure opérationnelle en lien avec EDF et des cellules d’expertise et de mesures radiologiques.

Si un évènement survenait à la centrale de Bugey, EDF appliquerait, en parallèle de ce PPI utilisé par les pouvoirs publics, un PUI (Plan d’Urgence Interne) destiné à ramener le réacteur dans un état de repli contrôlé afin de limiter, autant que faire se peut, les rejets radioactifs. Le PUI permet aussi d’informer les pouvoirs publics et les médias de l’évolution de la situation.

En effet, même si la probabilité en est très hypothétique (env. 10-6 évènement / tranche / an), et malgré la conception robuste des installations et des organisations, leurs améliorations régulières ou la formation continue des personnels, de telles situations peuvent conduire au rejet de produits radioactifs comme l’iode ou le césium. Aussi, et bien que cela ne soit aucunement lié à un accroissement du risque généré par la centrale, afin de mieux sensibiliser et préparer les populations et améliorer la réactivité des pouvoirs publics, le gouvernement a décidé d’étendre de 10 à 20 km le périmètre du PPI autour des centrales nucléaires et de distribuer des pastilles d’iode aux habitants dans ce périmètre.

L’iode est un oligo-élément présent dans notre alimentation (lait, poissons, …) indispensable au bon fonctionnement de notre tyroïde. Pour éviter qu’elle ne capte l’iode radioactive suite à un accident nucléaire et ne se comporte alors comme une source d’irradiation interne, la prise de pastilles d’iode (photo ci-contre) permet de saturer la tyroïde avant l’inhalation d’iode radioactive.

Dans de telles situations, dès l’alerte, il convient donc de :

  • Se mettre à l’abri dans un bâtiment en dur et d’écouter les médias officiels,
  • Ne pas aller chercher ses enfants à l’école, les maîtresses les prendront en charge,
  • Ne pas saturer les réseaux de communication pour les laisser libres aux secours,
  • Prendre les pastilles d’iode stable dès – et seulement si – les pouvoirs publics le demandent en respectant la posologie figurant sur la notice.

En cas d’intolérance à ces pastilles d’iode, une alternative existe avec la solution iodo-iodurée forte de Lugol. Renseignez-vous dès maintenant auprès de votre médecin.

Les pastilles d’iode doivent impérativement être conservées dans un endroit frais (inférieur à 25°), à l’abri de l’humidité et hors de portée des enfants.

Alors qu’est-ce que ça change pour Rignieux et pour nous tous, citoyens ?

Toutes les communes concernées par un PPI (de quelque nature soit-il) doivent se doter d’un Plan Communal de Sauvegarde (PCS). Ce document, à usage de l’équipe municipale et des équipes de secours, a pour objectif de rappeler les risques pouvant toucher la commune, soit pour Rignieux : inondation le long du Toison, glissement de terrain au Brevet ou au Guillon, séisme, accident de transport de matières dangereuses avec les canalisations ETHEL et GRDF traversant le territoire communal, accident de transport routier, accident nucléaire ou industriel autre, évènement météorologique.

Il liste les personnes sensibles ou fragiles, ainsi que les moyens disponibles sur la commune ou alentour : moyens de dégagement, d’hébergement, d’alimentation qu’ils soient publics ou privés. Enfin, il identifie les différents acteurs et les moyens de les contacter.

Ce PCS peut être mis en œuvre à l’initiative du Maire suite à la découverte d’un évènement, ou à la demande du Préfet.

Par ailleurs, en respect du devoir d’information qui est dû à tout citoyen sur les risques naturels et technologiques majeurs, un document à destination de la population a été rédigé : le DICRIM (Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs).

Ce document caractérise les différents risques pouvant survenir à Rignieux, rappelle la procédure d’alerte de la population et donne la conduite à tenir face à chacun de ces risques.

En particulier, ce DICRIM rappelle que chaque foyer doit être en mesure de pouvoir subvenir, a minima à ses besoins, que ce soit lors d’une évacuation, d’une mise à l’abri ou lorsque le gaz, l’électricité ou l’eau courante viennent à manquer et ne peuvent être rétablis immédiatement.

Pour cela, il est conseillé de confectionner un kit de sûreté en rassemblant dans un sac facilement accessible, votre DICRIM, un sifflet, une lampe torche, un tissu ou panneau « SOS », des gilets fluorescents, une radio à piles (en état de fonctionner), de l’eau, des aliments non périssables, un couteau multifonctions, vos médicaments habituels, votre boite de pastilles d’iode, ainsi que la photocopie des papiers personnels et papiers d’assurance.