La libération il y a 75 ans : Conférence …

 

Il y a 75 ans, notre région était libérée du joug nazi. Diverses commémorations ont lieu à cette occasion dont celle fêtant l’anniversaire du maquis du Camp Didier.

Le Camp Didier fut une formation des maquis de la région regroupant toutes les petites équipes dispersées à l’intérieur d’une zone importante allant de Caluire à Neuville en passant par Miribel, Montluel, Saint André-de-Corcy et Trévoux. Il se composait de civils issus des vingt-huit communes composant le secteur et de militaires venant de l’armée d’armistice de Sathonay-Camp. Tous ces hommes avaient des idées politiques différentes : démocrates chrétiens, socialistes, communistes, radicaux, gaullistes…

Dès fin 1942, les hommes vont se regrouper afin de constituer ce maquis. Leur but n’est pas d’organiser des actions militaires, mais de préparer la libération de la France. Pour cela, des sixaines, trentaines sont constituées…
Parmi ces hommes qui ont eu une action dans l’histoire de ce maquis, citons Lucien AGNEL, Firmin TRIBOUILLIER ou Raymond MOLLARD de Miribel, Maxime SOMMERON de Neyron, mais aussi pour les secteurs de Caluire, Rillieux, Sathonay… Paul-Jean GOUAILHARDOU, Jean-Louis CURVAT, Marcel ANDRE, Marcel JULIEN, René VITTOZ, Jean PONCET, Joseph MOUTH… et pour le secteur de Trévoux la famille BOIDARD, MM. MAMAT et PLAISANTIN…
Certains seront arrêtés et exécutés, d’autres tomberont lors des combats, d’autres enfin survivront et témoigneront de l’histoire de ce Camp Didier.

Pour rappeler ces évènements, deux dates :

vendredi 6 septembre à 20h à la salle de motricité de l’école de Mionnay (derrière la mairie), à l’invitation de la municipalité de Mionnay,  conférence animée par Laurent TRONCHE sur l’histoire du Camp Didier.
Seront évoqués les petits et grands moments de ce maquis qui occupa la Forêt du Noyer, entre Mionnay, Tramoyes et Montluel du 15 au 31 août 1944, de sa création jusqu’aux combats du 1er septembre 1944 aux abords de Meximieux.
Recrutement, organisation et vie quotidienne du camp, prise du camp de La Valbonne le 24 aout, combats meurtriers au Poussey le 27 août, destruction par les Allemands de l’émetteur TSF de Tramoyes, évacuation du camp fin août, combats entre Faramans et Bourg-Saint-Christophe, évocation des victimes exécutées ou tombées lors des combats… égraineront mon récit basé sur des documents d’archives, des récits d’anciens membres du Camp Didier, et illustré de photographies ou documents peu ou pas connus.
 
_ samedi 7 septembre à 11h : Cérémonie au Poussey à Mionnay où trois de ces combattants tombés sous les balles allemandes début juin 1944 seront mis à l’honneur : Firmin TRIBOUILLIER, Auguste VENET et Armand GILI. Ils font partie des premières victimes de cette résistance de l’été 1944.
Cette cérémonie sera précédée d’un parcours de commémorations : 9h à Faramans (stèle du Vessu) : 9h30 Montée St Barthélémy à Montluel ; 10 h ferme Granger (Grange Blanche) ; 10h30 stèle du Beau Logis (le long de la RD).